Skip Ribbon Commands
Skip to main content

Réduisez le risque, augmentez les avantages

2013-08-07


En raison du fait que les projecteurs des organismes de réglementation sont braqués sur la gouvernance du risque d’entreprise, les entreprises ainsi que les organismes sans but lucratif ont de plus en plus de pression pour établir des normes de gestion du risque selon lesquelles l’autorité et la responsabilité n’incombent pas seulement aux cadres et aux dirigeants.

Comme je l’ai mentionné dans mon dernier billet sur la gestion du risque d’entreprise, la nouvelle réglementation appelle les membres de conseils d’administration à jouer un plus grand rôle dans l’atténuation du risque. Même si, au bout du compte, la direction sera responsable de la gestion du risque au quotidien, il incombe aux conseils d’administration d’établir des contrôles afin de s’assurer que les processus de gestion du risque d’entreprise sont adéquats et efficaces.

Si vous n’avez pas déjà mis en place une politique de gestion du risque d’entreprise, vous n’êtes pas les seuls. En 2012, l’American Institute of Certified Public Accountants (AICPA) a mené une enquête auprès d’un groupe de cadres, et elle a découvert que la plupart des répondants n’étaient pas convaincus des avantages concurrentiels que comporte une stratégie de gestion du risque. En plus de se conformer à la réglementation et de suivre les tendances de l’industrie, il existe de nombreuses raisons pour lesquelles il peut être avantageux à long terme pour votre entreprise de planifier en fonction du risque dès aujourd’hui.

Un plan efficace de gestion du risque d’entreprise peut vous aider à prévoir et à atténuer les risques. Il est également essentiel pour réduire au minimum l’incidence des perturbations lorsqu’elles se produisent. La gestion du risque d’entreprise permet de protéger votre entreprise, de maintenir vos relations avec la clientèle et de définir les mesures appropriées que doivent prendre toutes les personnes concernées de façon à ce que vous puissiez rétablir la situation aussi rapidement que possible.

Sur une note positive, les conseils d’administration commencent à prêter attention aux organismes professionnels, lesquels les pressent d’encourager activement l’adoption de pratiques plus rigoureuses en matière de gestion du risque. Selon un sondage de la National Association of Corporate Directors (NACD) réalisé en 2012-2013 auprès d’un peu moins de 1 000 administrateurs de sociétés ouvertes, la surveillance des risques est devenue l’une des principales priorités des conseils d’administration. De 2008 à 2012, le nombre d’organisations dotées d’un comité de gestion du risque a bondi de près de 200 %; cependant, il y a encore place à l’amélioration. Malgré cette augmentation, seulement 13,4 % des sociétés comptent un comité de gestion du risque.

Même si vous créez un comité de gestion du risque distinct, votre conseil d’administration dans son ensemble doit jouer un rôle actif dans la gestion du risque. Chaque membre du conseil d’administration doit comprendre la part de risque acceptable pour votre entreprise, être prêt à donner des directives à la direction et prévoir les événements afin de réduire au minimum l’exposition au risque de façon proactive.

Donc, quel devrait être le point de départ? Pour les conseils d’administration qui souhaitent établir ou renforcer leurs politiques relatives à la surveillance du risque, nous étudierons dans mon prochain billet trois secteurs clés : la gouvernance, les politiques et la certification. Vous apprendrez de quelle façon ces trois piliers permettront à votre organisation d’établir une solide fondation en matière de gestion du risque.