Skip Ribbon Commands
Skip to main content

Évaluation d’entreprises et fusions et acquisitions pendant la pandémie de COVID-19

2020-05-21


La pandémie mondiale, la montée en flèche du chômage et la contraction de l’économie sont autant de facteurs qui contribuent à revoir la façon d’évaluer le risque lors de l’achat ou de la vente d’une entreprise.

L’évaluation d’une entreprise a toujours été un exercice complexe qui relève à la fois de l’art et de la science; il l’est encore plus par les temps qui courent. Il n’existe pas de méthode universelle fonctionnant à tout coup pour déterminer la valeur d’une entreprise, car celle-ci dépend de l’entité même.

Multiples et mesures

Dans le calcul de la valeur d’une entreprise, une question revient souvent : quel multiple appliquer à quelle mesure?

De façon générale, le multiple approprié dépend de l’entreprise et des facteurs de risque qui touchent la réalisation des flux de trésorerie futurs. Dans le cas des évaluations et des transactions visant des sociétés fermées, le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIA) sert couramment de multiple de la valeur de l’entreprise (d’où le terme « multiple »), autrement dit le nombre de fois où le BAIIA est compris dans la valeur de l’entreprise.

Les BAIIA suivants sont les plus couramment utilisés dans le cadre de regroupements d’entreprises :

  • le BAIIA ajusté (normalisé) des douze derniers mois;
  • le BAIIA ajusté du dernier exercice;
  • le BAIIA prospectif ou prévisible.

Dans la situation actuelle, les résultats historiques sont pratiquement inutiles en raison des répercussions de la COVID-19 sur les résultats et les bénéfices. Une entreprise à capital fermé pourrait avoir obtenu de bons résultats en 2019 et avoir été décimée en mars et avril 2020.

Le plus important et le plus pertinent est de comprendre ce qui a changé au sein de l’entreprise et ce qui est réalisable à l’avenir. Cet exercice requiert un autre niveau d’analyse.

Pour déterminer la valeur de l’entreprise et le BAIIA prospectif, faut-il ajuster ou normaliser les valeurs pour les périodes touchées par les fermetures découlant de la COVID-19? L’ensemble du modèle économique de l’entreprise pourrait-il être touché à court et à long terme? Il n’existe aucune bonne réponse – il faut effectuer une analyse rigoureuse et faire preuve de diligence raisonnable.

Le multiple du BAIIA peut être inférieur pour certaines entreprises, comme les restaurants et les commerces de détail, en raison de facteurs de risque plus élevés. Toutefois, le BAIIA est tout aussi important que le multiple lui-même. Dans l’ensemble, la valeur de l’entreprise devrait être fondée sur le BAIIA futur.

Flux de trésorerie et accès aux capitaux

L’incidence de toute aide ou de toute mesure gouvernementale doit être évaluée et prise en considération lors d’une évaluation d’entreprise. Combien de temps l’aide sera-t-elle fournie? Quelles en seront la forme et l’ampleur? Sera-t-elle modifiée dans un mois ou deux lorsque d’autres entreprises solliciteront des fonds? Les programmes seront-ils pleinement financés ou cesseront-ils d’être offerts après une certaine date? Quel sera le rendement de l’entreprise lorsque l’aide gouvernementale aura pris fin?

En réalité, certaines entreprises s’épanouissent dans le contexte actuel, d’autres peinent à survivre, puis certaines réalisent qu’elles ne s’en sortiront pas. De nombreuses entreprises qui survivent à cette période ajusteront probablement leur mode de fonctionnement et chercheront à améliorer leurs pratiques commerciales.

Par exemple, certaines entreprises qui ont dû procéder à des mises à pied pourraient décider de réassigner et de partager les rôles et les tâches afin de réduire l’ensemble de la main-d’œuvre nécessaire, alors que d’autres pourraient faire preuve de créativité dans leurs méthodes de travail et gagner en efficacité opérationnelle.

Diverses situations, diverses considérations

Planification de la relève – Pour ceux qui envisagent la planification de la relève ou le transfert éventuel de leur entreprise à leur enfant, est-ce le moment de procéder à un gel étant donné que la valeur pourrait être inférieure (et plus avantageuse sur le plan fiscal) du fait de facteurs économiques?

Acheteurs – Faites preuve d’une grande vigilance dans l’analyse des résultats et l’examen des flux de trésorerie futurs de l’entreprise.

Vendeurs – L’adaptation au nouvel environnement sera essentielle pour se réinventer et s’améliorer. Revoyez certaines fonctions, examinez la liste de vos fournisseurs et de vos clients puis misez sur les occasions de solidifier votre entreprise pour le prochain cycle.

Autres facteurs à examiner

  • Il faut tenir compte de l’incertitude accrue et du risque associé aux projections concernant les flux de trésorerie, soit en effectuant des prévisions sur un horizon réduit, soit en utilisant un multiple de BAIIA inférieur.
  • Le degré de diversification au chapitre de l’emplacement géographique, des clients et des fournisseurs devrait être pris en considération dans le profil de risque global et servir d’approche plus courante.

Que vous songiez à acheter, à vendre ou à transférer une entreprise, il n’existe pas de réponse unique. Vous devez vous arrêter à ce qui vous convient en matière de flexibilité, d’échéancier et de risque. Les experts en évaluation et en financement d’entreprise de MNP exercent leur jugement professionnel, mettent à profit leur expérience technique et font preuve d’un esprit critique constructif dans leurs mandats d’évaluation d’entreprise; ils sauront vous aider et vous conseiller tout au long de votre démarche.

Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec Catherine Tremblay, Leader, Évaluation et soutien au litige financier pour le Québec, au 514 228-7772 ou à l’adresse [email protected]

Pour en savoir plus, consultez COVID-19 : le portail d’information et de conseils de MNP.

Vous y trouverez des stratégies et des outils pour aider votre entreprise à affronter la crise du coronavirus, à demeurer résiliente et à bien planifier la reprise de ses activités.