Skip Ribbon Commands
Skip to main content

Initiation à l’évaluation d’entreprises – Comprendre le multiplicateur (2e partie)

2017-10-11


Deuxième et dernier article sur les notions fondamentales d’évaluation d’entreprises, soit la valeur et le multiplicateur.

Dans le premier volet, nous avons traité des erreurs courantes que les propriétaires d’entreprises commettent lorsqu’ils tentent d’établir la valeur de leur entreprise. Pour ce dernier article, nous vous présentons d’autres facteurs qui sont pris en considération dans le cadre d’une évaluation.

Bon nombre de propriétaires d’entreprises négligent l’importance du bilan dans l’établissement de la valeur. Si le fonds de roulement est insuffisant ou excédentaire (par rapport au niveau normalement requis pour exploiter l’entreprise), des ajustements seront peut-être nécessaires pour augmenter ou diminuer la valeur en conséquence. Il faut aussi comprendre l’incidence des dettes sur l’évaluation. Nous en discuterons plus loin.

Valeur de l’entreprise et valeur de l’action (des capitaux propres)

Souvent mal comprise par les propriétaires d’entreprises, la valeur de l’entreprise s’entend de la valeur totale des actions (des capitaux propres) et des dettes de la société. Voici les erreurs que les propriétaires d’entreprises commettent le plus souvent lorsqu’ils utilisent un multiplicateur des bénéfices avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) pour déterminer la valeur de leur entreprise :

  • Lorsqu’il applique un multiplicateur au BAIIA de la société pour en déterminer la valeur, le propriétaire n’utilise pas un BAIIA pouvant être maintenu.
  • Après avoir appliqué le multiplicateur à un BAIIA que la société peut maintenir, le propriétaire ne soustrait pas les dettes de la société pour obtenir la valeur de l’action.

Par exemple, M. A cherche à vendre les actions de son entreprise pour un montant de 4 M$. Pour justifier son calcul, il fait valoir que l’entreprise génère un BAIIA de 800 000 $, et qu’il pourrait vendre son entreprise à un prix correspondant à cinq fois le BAIIA (ou un multiplicateur par cinq). Il a cependant oublié de tenir compte du fait qu’il ne se versait pas de salaire pour exploiter l’entreprise, mais que celle-ci lui versait plutôt un dividende annuel en guise de rémunération. En outre, il n’a pas soustrait les dettes de la société pour obtenir la valeur de l’action.

En supposant qu’un multiplicateur par cinq convenait pour son entreprise, la valeur réelle de ses actions serait en réalité deux fois moins importante que ce que M. A a calculé. Voici les deux ajustements que M. A devra apporter pour corriger son calcul :

  1. Déduire le salaire à la juste valeur marchande versé au dirigeant d’entreprise pour obtenir le BAIIA ajusté qu’il est possible de maintenir, en tenant pour acquis qu’un montant de 200 000 $ serait raisonnable.
  2. Déduire les dettes actuelles de la société.

Donc, le calcul se présenterait comme suit :

Chart 1 - Valuations

N’oubliez pas les facteurs qualitatifs

La valeur de l’entreprise comme multiplicateur du BAIIA se veut essentiellement une évaluation du risque et des avantages. Un multiplicateur peut varier à la hausse ou à la baisse pour une entreprise donnée en raison des risques sous-jacents liés aux principaux flux de trésorerie de l’entreprise. Certains des facteurs qualitatifs clés pris en compte dans l’analyse risque/avantages d’une société sont énumérés ci-après.

Facteurs susceptibles de provoquer une hausse du multiplicateur et de la valeur :

  • Clientèle diversifiée.
  • Clientèle fidèle et de longue date.
  • Contrats à long terme conclus avec les principaux clients.
  • Solide équipe de direction : une société qui peut compter sur une solide équipe de direction prête à rester en poste après l’opération peut valoir bien plus qu’une société dont l’équipe de direction choisit de ne pas suivre. Les acheteurs financiers, et souvent les acheteurs stratégiques, accorderont une très grande valeur à cet aspect.
  • Taille de l’entreprise : les sociétés de plus grande envergure obtiennent d’ordinaire un multiplicateur plus élevé, car le risque lié à la génération de flux de trésorerie est plus faible. Toutes choses étant égales par ailleurs, les grandes sociétés peuvent généralement compter, entre autres, sur une clientèle et des produits plus diversifiés.

Facteurs susceptibles d’entraîner une baisse du multiplicateur et de la valeur :

  • Dépendance à l’égard d’une ou de plusieurs personnes clés.
  • Dépendance à l’égard d’un ou de quelques clients importants.
  • Volatilité des bénéfices.
  • Faible actif corporel net redressé.
  • Présence de survaleur personnelle : on parle de survaleur personnelle lorsqu’une personne clé (généralement le propriétaire-exploitant) entretient l’ensemble (ou la majorité) des principales relations avec les clients, les fournisseurs et le personnel, de sorte que l’entreprise n’existerait pas sans cette elle. Souvent, la survaleur personnelle est liée à la taille de la société, ce qui peut réduire la valeur de l’entreprise et rendre sa vente impossible.

Multiplicateurs d’opérations

Le tableau ci-dessous illustre les variations d’un multiplicateur par rapport au multiplicateur moyen de la valeur de l’entreprise sur le BAIIA dans un secteur donné. Pour les besoins de l’exemple, nous avons fixé ce multiplicateur moyen à six.

Chart 2 - Multiple Factors

En conclusion

Lorsque les propriétaires d’entreprises examinent un plan de relève, ils doivent connaître le multiplicateur qui convient à leur situation, en tenant compte des particularités propres à l’entreprise et à son secteur. Que vous soyez acheteur ou vendeur, vous comprendrez mieux les subtilités de l’évaluation, notamment l’établissement du bon multiplicateur, si vous faites appel à un conseiller compétent et aguerri qui sait comment déterminer la valeur et fixer un prix, comme un expert en évaluation d’entreprises. En ayant un portrait clair des facteurs pertinents, les propriétaires d’entreprises auront l’esprit tranquille et sauront qu’ils prennent une décision éclairée.

De nos bureaux répartis stratégiquement au Canada, les professionnels du financement d’entreprises et de l’évaluation de MNP vous offrent des stratégies sur mesure qui vous aideront à atteindre vos objectifs d’affaires.

Personne-ressource : Craig Maloney, directeur général, Financement d’entreprises, évaluation et soutien en cas de litige, 902.493.5430, [email protected].