Skip Ribbon Commands
Skip to main content

Principales préoccupations financières des étudiants en médecine et des médecins résidents.

2014-01-10


Corédigé par Ann Kane de RBC Banque Royale

Chaque année, nous rencontrons de nouveaux étudiants en médecine et médecins résidents dans plusieurs écoles de médecine au Canada, et au cours de nos entretiens, ils nous posent de nombreuses questions, notamment la suivante : « Comment vais-je gérer mes finances en plus de tout le reste? ». Comme les étudiants et les médecins résidents sont, dans la majorité des cas, entièrement absorbés par leurs études et ont peu de temps à consacrer à ces préoccupations, nous avons, avec l’aide de nos collègues, conçu cette petite foire aux questions pour aider les personnes qui éprouvent des inquiétudes au sujet de leurs finances.

1. Quel montant dois-je emprunter pour payer les coûts liés à l’école de médecine?
La plupart des étudiants en médecine emprunteront par l’intermédiaire de programmes de prêt du gouvernement (jusqu’à 60 000 $) et auront recours à des marges de crédit pour étudiant qu’offrent les banques (habituellement 250 000 $), ce qui porte le montant total du financement à leur disposition à 310 000 $. Cependant, le montant total que vous emprunterez dépend de votre style de vie et de l’efficacité avec laquelle vous gérez vos finances.

Les frais de scolarité et le coût de la vie d’un étudiant en médecine soucieux de son budget et qui restreint ses dépenses peuvent atteindre environ 40 000 $ par année. En supposant que l’étudiant n’a aucune autre ressource, celui-ci aura besoin d’un financement total de 160 000 $ sur quatre ans. Si vous ajoutez ce montant à la dette d’un étudiant de premier cycle, l’étudiant moyen qui termine l’école de médecine a une dette pouvant se chiffrer entre 180 000 $ et 190 000 $.

Un étudiant moins discipliné qui utilise ses sources de crédit au maximum, soit environ 310 000 $, n’aura pas seulement une dette beaucoup plus élevée (en plus des intérêts), il risque également de limiter ses choix futurs. Nous avons observé des cas où un étudiant ne pouvait pas participer au programme de résidence de son choix en raison d’un manque de ressources financières. Un budget bien géré peut alléger le stress que vit l’étudiant dans les années qui suivent l’école de médecine, et lui laisser un plus grand nombre de portes ouvertes.

2. Quels sont les coûts que je dois prévoir dans un budget? Comment établir celui-ci?
La première chose à faire est une recherche sur vos frais de scolarité, le coût de la vie, le coût du transport pour vous rendre à l’école et revenir à la maison et vos dépenses personnelles. Un budget doit être réaliste. Il est inutile d’établir un budget si strict qu’il ne pourra pas être respecté.

Il importe d’étudier les autres ressources financières disponibles (p. ex., les épargnes, la famille), et de les inclure dans votre plan. De plus, soyez à l’affût des frais « cachés », comme les dépenses liées aux entrevues du CARMS. Nous vous suggérons de parler aux étudiants des classes supérieures, car ils possèdent une connaissance directe de ce que constitue un budget réaliste. Vous pouvez également avoir accès à des ressources sur le campus, comme un conseiller financier, ou même demander l’aide d’un membre de la famille soucieux de son budget.

Il existe également d’excellentes applications qui comportent des fonctions de base pour établir un budget afin de vous guider dans le processus et vous avertir lorsque vous le dépassez. (Vous pouvez consulter quelques descriptions d’applications à l’adresse www.imore.com/best-income-and-expense-tracking-apps-iphone-spendee-mint-budgt-and-more, mais gardez à l’esprit de toujours lire les commentaires.)

3. Quel sera mon revenu? Sera-t-il suffisant pour rembourser ma dette?
Il s’agit peut-être de la question qui nous est le plus fréquemment posée. Comme le sait tout médecin praticien, il est difficile de répondre à cette question. Il existe différents modèles de financement dont il faut tenir compte, les structures de rémunération varient d’une province à l’autre et les personnes dans un même domaine peuvent faire des choix de carrière très différents.

Si votre objectif est d’établir une clinique spécialisée à un endroit particulier, vous devriez étudier les postes disponibles et la demande pour ce type de spécialiste à cet endroit. Avant d’engager les coûts supplémentaires liés à la spécialisation dans un domaine de pratique particulier, assurez-vous de connaître les occasions actuelles et futures, ce qui aura une incidence directe sur votre revenu potentiel.

Dans l’ensemble, nous observons que la plupart des médecins sont en mesure de dégager un revenu suffisant pour se permettre un style de vie confortable et rembourser leur dette; il leur faut habituellement trois à cinq ans pour payer la dette contractée à l’école de médecine. Cette période peut bien sûr être plus longue pour ceux qui utilisent au maximum leur crédit disponible.

4. Devrais-je acheter une maison ou tout simplement louer une habitation?
Cette question se pose habituellement au début de la résidence. Bien que nous connaissons des taux d’intérêt plus faibles que jamais, l’acquéreur doit tenir compte des coûts initiaux, notamment le versement initial, les frais juridiques, les droits de cession immobilière et le raccordement aux services publics, et il doit inclure ces éléments dans son calcul afin de comparer ce montant avec le coût d’une location.

À titre de propriétaire, vous devrez payer des coûts d’occupation supplémentaires (taxes foncières, réparations et entretien, assurances), lesquels s’ajoutent à vos dépenses mensuelles. Vous êtes également responsable de toute réparation importante (p. ex., appareil de chauffage, chauffe-eau). Donc, des fonds « de réserve » sont aussi nécessaires.

Le marché immobilier doit également être pris en compte. Bien que l’augmentation de la valeur d’une habitation est espérée, il existe toujours un risque de ralentissement économique.

Quand votre résidence sera terminée, vous devrez décider quoi faire du bien immobilier. Une vente entraînera une commission de courtage ainsi que des frais juridiques et, au bout du compte, vous pourriez avoir payé plus que si vous aviez simplement loué. En commençant par la location, vous pourrez décider si vous aimez le voisinage et si vous aimeriez demeurer à cet endroit à long terme. De plus, si le montant du loyer est inférieur à celui d’une hypothèque, les fonds excédentaires peuvent être affectés au remboursement du solde de la dette. En résumé, au cours des années, nous avons observé un écart marqué au chapitre de l’endettement entre les étudiants et les médecins résidents qui avaient une certaine expérience en matière de finances personnelles, et ceux qui n’en avaient pas. Nous avons remarqué que ceux qui planifient et qui respectent leurs budgets sont en mesure de vivre confortablement et de maintenir leur endettement à un niveau raisonnable. C’est pourquoi il est primordial d’élaborer un plan dès le départ et de demander de l’aide au moment où vous en avez besoin pour garder le contrôle afin de vous permettre de jeter les bases d’un avenir financier sain.