Skip Ribbon Commands
Skip to main content

Régimes d’actionnariat des salariés et d’intéressement pour votre entreprise de construction

2020-11-26


Renforcer la résilience et la solidité des effectifs en période d’incertitude

Ce n’est pas un secret pour personne : les entreprises de construction canadiennes doivent composer avec des changements sans précédent causés par la COVID-19, les défis posés par la réduction des marges, le vieillissement de la main-d’œuvre et les modifications aux processus d’appel d’offres.

ESOP

Au même moment, une véritable onde de choc se prépare sur le plan démographique. Les Y dameront bientôt le pion aux baby-boomers pour devenir la génération la plus nombreuse au sein de la population active du Canada, avec des qualités et des styles de travail qui diffèrent de leurs prédécesseurs. Ces travailleurs veulent un parcours professionnel précis, un environnement de travail axé sur la collaboration, un équilibre travail-vie personnelle et être tenus davantage informés. Et cette tendance ne fera que s’amplifier avec le temps.

En fait, le combat mené pour attirer et fidéliser des ressources compétentes et motivées – tous âges confondus – est un défi en soi, même dans le contexte d’affaires complexe d’aujourd’hui. C’est donc ici qu’un régime d’actionnariat des employés et un régime d’intéressement peuvent entrer en jeu.

En route vers l’actionnariat des salariés

Les propriétaires d’entreprises de construction ont souvent les mêmes préoccupations :

  • Comment attirer et garder les meilleurs éléments? Il n’a jamais été aussi important d’avoir une main-d’œuvre compétente qui apporte de la valeur à l’entreprise. Comment pouvons-nous préserver un solide effectif?
  • Nous souhaitons partager une tranche de nos bénéfices avec notre personnel de façon raisonnable, en fonction du rendement réel de l’entreprise. Comment procéder?
  • Nous voulons offrir plus de temps de formation et investir dans nos futurs leaders afin de les fidéliser.
  • La valeur de notre entreprise réside entre les mains de nos gens. Ce n’est donc pas impossible qu’ils puissent un jour acheter la totalité ou des parties de l’entreprise. Quel processus cohérent pour tous nous permettrait de garder le contrôle?

Trois questions clés à se poser

Réfléchissez aux questions suivantes lorsque vous planifiez votre avenir et celui de votre entreprise :

  • Par quel moyen partagez-vous les bénéfices avec votre personnel?
  • Que faire pour accorder une plus grande participation à vos salariés?
  • De quelle façon vos employés peuvent-ils tirer profit de la croissance future de l’entreprise?

Les réponses à ces questions varieront en fonction des activités de l’entreprise et des objectifs des propriétaires, mais toute réflexion à ce propos doit reposer sur des éléments clés :

  • Quels objectifs poursuivez-vous avec un régime d’intéressement ou un régime d’actionnariat des salariés? Attirer de nouveaux talents? Empêcher vos meilleurs éléments de passer chez un concurrent? Votre sortie progressive de l’entreprise?
  • Si vous décidez de partager les bénéfices, le feriez-vous avec tous vos employés ou seulement quelques-uns d’entre eux? Certaines entreprises ne souhaitent en faire profiter qu’aux membres clés du personnel, tandis que d’autres l’offrent à tous.
  • Dans quelle mesure la répartition des bénéfices dépendrait-elle du rendement de l’entreprise? La direction est-elle ouverte à l’idée d’instaurer un régime d’intéressement étroitement lié au rendement de certains secteurs de l’entreprise ou préfère-t-elle une répartition plus générale?

Il est possible de conjuguer ces objectifs et de concevoir un régime qui satisfait à tous ces besoins. Cependant, toute solution, qu’elle soit simple ou complexe, devra répondre à ces questions.

Conseils pour une transition efficace

Les régimes d’actionnariat des salariés peuvent être indépendants ou combinés à un régime d’intéressement. Généralement, ils permettent à tous les membres du personnel ou à quelques employés admissibles de devenir directement actionnaires de l’entreprise. Certains facteurs sont essentiels pour en assurer l’efficacité :

  • Posséder une culture d’entreprise, ou être disposé à la développer, dans laquelle le pouvoir décisionnel est partagé et où la gestion est l’affaire de plusieurs.
  • Créer une structure de propriété où les employés peuvent profiter de la croissance de l’entreprise sans que les propriétaires aient à en céder le contrôle.
  • Concevoir un régime qui stimule la croissance de l’entreprise et qui offre la possibilité aux employés de se sentir directement interpellés par le succès de la société. C’est un avantage indéniable de l’ouverture de l’actionnariat des salariés.
  • Mettre en place une structure de propriété flexible qui peut évoluer en fonction des besoins de l’entreprise et des propriétaires. Ainsi, la propriété de l’entreprise pourrait se retrouver plus tard entre les mains du personnel, selon un plan clair et préalablement établi.
  • Définir un système et une méthode pour l’attribution des actions aux employés. Devront-ils acheter les actions au plein prix du marché ou à un prix réduit? Est-ce que l’acquisition doit se faire en une transaction unique ou sera-t-elle échelonnée dans le temps? Est-ce que les employés peuvent se tourner vers un système de primes pour acquérir les actions ou doivent-ils fournir les fonds eux-mêmes? Les propriétaires veulent-ils ou non offrir des incitatifs financiers au personnel pour qu’il achète des actions?
  • Établir un programme pour informer les employés et les aider à comprendre les rouages du régime et de la participation. Par exemple, les employés ne distinguent pas tous clairement la différence entre devenir un actionnaire minoritaire, avec les droits que ce statut confère, et demeurer un employé compétent qui s’acquitte de ses responsabilités quotidiennes.

Le régime d’actionnariat des salariés comme le régime d’intéressement ont tous deux un immense potentiel lorsqu’ils sont bien utilisés. Prendre d’abord le temps de définir les besoins de l’entreprise, des propriétaires et des employés constitue un facteur déterminant d’une planification et d’une mise en œuvre réussies.

Pour en savoir plus, communiquez avec Jo-Ann Lempert, FCPA, FCA, associée, Services de certification et leader pour nos services pour le secteur de l’immobilier et de la construction, au 514.228.7918 ou à l’adresse [email protected]

Pour en savoir plus, consultez COVID-19 : le portail d’information et de conseils de MNP.

Vous y trouverez des stratégies et des outils pour aider votre entreprise à affronter la crise du coronavirus, à demeurer résiliente et à bien planifier la reprise de ses activités.