Femme professionnelle regardant une tablette, assise à une table.

Les signes avant-coureurs de l’insolvabilité : savoir les reconnaitre afin d’éviter la catastrophe

Les signes avant-coureurs de l’insolvabilité : savoir les reconnaitre afin d’éviter la catastrophe

Résumé
4 minutes de lecture

Dans un contexte d’incertitude économique, d’inflation et même de ralentissement économique, il est primordial pour les entrepreneurs de savoir reconnaitre les signes avant-coureurs de l’insolvabilité. Pierre Marchand, associé dans la firme MNP et vice-président au sein de l’équipe de restructuration et de redressement d’entreprise, détaille quelques-uns de ces signes à identifier.

Vice-président principal

Au cours de l’existence de toute entreprise, des défis se présenteront, dont certains plus menaçants que d’autres. L’insolvabilité est certainement une situation que tout entrepreneur désire éviter. Afin d’améliorer vos chances de succès, il est important d’être attentif aux signes avant-coureurs afin de pouvoir réagir promptement et augmenter vos chances de succès pour éviter le pire. Le présent article vous éclairera sur quelques-uns des principaux signes à identifier.

Qu’est-ce que l’insolvabilité?

L’insolvabilité survient lorsque l’entreprise ne peut plus faire face à ses obligations au fur et à mesure qu’elles surviennent ou que la valeur totale des actifs, s’ils étaient liquidés, ne permettrait pas de régler l’ensemble des dettes. Dans votre évaluation de la valeur de vos actifs, vous devez considérer la réévaluation potentielle des travaux en cours et des comptes clients, comme discuté plus bas. Une entreprise insolvable n’est pas en faillite, mais elle va de toute évidence traverser une période difficile qui nécessitera des actions concrètes afin de corriger la situation et redevenir solvable.

Contraintes de liquidités

Le manque de liquidité est un signe parlant qu’il ne faut surtout pas ignorer. L’utilisation de la marge de crédit au maximum de sa capacité n’est pas nécessairement un problème, mais si en plus vous éprouvez de la difficulté à vous acquitter de vos obligations, cela est assurément un signe avant-coureur que vous devez considérer sérieusement. Cela doit vous inciter à vous poser des questions sur les causes de cette situation. Advenant le cas où vous désirez demander une augmentation de la limite de votre marge de crédit à votre institution financière, il y a de bonnes chances que cette dernière exige de connaitre la source de ces besoins de fonds supplémentaires.

Les questions soulevées toucheront certainement la profitabilité de l’entreprise. Est-ce que l’entreprise a récemment subi des pertes et est-ce que celles-ci sont assumées à même la marge de crédit? Est-ce que la profitabilité des projets est trop faible et l’entreprise ne génère pas assez de fonds afin de couvrir le service de sa dette et conséquemment, elle paie une portion de ses frais financiers à même sa marge de crédit? Est-ce que les actifs sont de bonne qualité ou est-ce que des pertes sont en fait cachées dans certaines catégories d’actifs?

Si l’une de ces situations s’applique à vous, il est urgent de consulter un professionnel afin de vous appuyer, car cela entrainera certainement de graves problèmes à court terme. N‘hésitez pas aussi à en discuter avec votre comptable.

Augmentation significative des actifs à court terme, tels que les travaux en cours ou les comptes clients

Comme nous le savons, les projets s’étirent parfois sur plusieurs mois, voire plusieurs années. Dans de tels cas, chaque mois vous devez revoir l’avancement des travaux et inscrire au bilan une valeur des travaux en cours pour reconnaitre cet avancement. Il est malheureusement trop fréquent que les entrepreneurs surestiment la valeur de ces actifs. Le réel problème relié à ces surestimations est que les pertes à venir y sont alors cachées. Si ces pertes ne sont pas détectées à l’avance, cela pourrait projeter votre entreprise dans une situation difficile, voire vers l’insolvabilité.

Il est primordial que vous jetiez un regard critique à cette catégorie d’actif. Il est de plus essentiel que vous révisiez l’avancement des projets, non seulement en fonction de ce qui a été dépensé à date, mais en tenant compte de ce qu’il reste à dépenser pour achever les projets. La détection prématurée de ces pertes potentielles peut sauver votre entreprise.

Également, les comptes clients âgés, même s’ils ne sont plus considérés dans votre capacité d’emprunt, s’ils sont douteux, doivent être provisionnés. Ces pertes potentielles qui ne sont pas considérées faussent la profitabilité de l’entreprise et peuvent vous donner de mauvaises informations pour prendre vos décisions pour la gestion de l’entreprise.

Ratio d’endettement trop élevé et couverture du service de la dette

Au cours des dernières années, les faibles taux d’intérêt et le crédit plus accessible aux entrepreneurs ont contribué à la tentation de plusieurs d’investir, parfois massivement, afin de générer une forte croissance dans une période économique faste. Comme nous l’avons constaté, la croissance a freiné sévèrement en même temps que la banque centrale augmentait les taux à un rythme jamais vu auparavant. Il n’est donc pas surprenant que certains, même au sein des institutions financières, aient été pris au dépourvu. 

Quoiqu’il en soit, plusieurs acquisitions récentes ont été financées à 100 % par de la dette. Le résultat est qu’au bilan, le ratio d’endettement, soit les dettes totales divisées par l’avoir des actionnaires, a dangereusement augmenté. Vous me direz peut-être et alors? 

Ce signe avant-coureur indique que l’entreprise a un bilan fragile et que, si une perte importante survient, cela pourrait réduire, voire effacer totalement, la valeur nette réelle de l’entreprise et la rendre insolvable. Dans bien des cas, les pertes potentielles sur un seul projet d’importance pourraient entrainer cette conséquence.

Il est important de gérer la croissance avec prudence. Une fois dans cette situation, il peut même être requis de prendre un pas de recul, vendre certains équipements, réduire le chiffre d’affaires en conséquence, stabiliser la situation et renforcer le bilan avant de considérer une nouvelle phase de croissance contrôlée.

L’augmentation des taux d’intérêt a un effet direct sur la capacité de votre entreprise de couvrir le service de la dette. Les flux monétaires requis sont aujourd’hui près de cinq fois plus élevés que ce qu’ils étaient il y a moins de 18 mois alors que le taux directeur est passé de 1 % à 5 % entre avril 2022 et aujourd’hui.

Conclusion

Dans nos prochains articles, nous aborderons les questions associées à la mise en place d’un plan de redressement ainsi que les différentes possibilités légales pour vous aider à régler vos problèmes financiers.

En conclusion, sachez qu’il existe de nombreux outils pour aider une entreprise à retrouver son équilibre financier et à renouer avec sa profitabilité. Quelle que soit l’étendue des difficultés, il est essentiel de bien identifier les risques qui menacent votre entreprise. Nos conseillers sont particulièrement bien outillés pour déterminer la source réelle de vos difficultés financières et élaborer différents scénarios afin de vous conseiller dans le choix de celui qui s’avérera le plus pertinent pour vous et votre entreprise, compte tenu des circonstances.

Contactez-nous

Les professionnels en restructuration d’entreprise ont une solide expérience jumelée à une capacité à rester neutre et objectif dans une situation qui génère beaucoup d’émotions chez les entrepreneurs. N’hésitez pas à nous consulter!

Points de vue

  • Souplesse

    08 avril 2024

    La création de scénarios : un outil précieux pour le succès de votre organisation

    Comment pouvez-vous aider votre entreprise à traverser les périodes d’incertitude? La création de scénarios peut vous fournir une feuille de route en vue de surmonter les difficultés.

  • Performance

    02 avril 2024

    Faits saillants du budget de 2024 du Manitoba

    Voir le sommaire de MNP sur les faits saillants du budget de 2024 du Manitoba.

  • Performance

    28 mars 2024

    Éclaircissements à propos des obligations de déclaration des organismes de bienfaisance pour leurs fiducies internes

    Une annonce de novembre 2023 de l’ARC confirme que les organismes de bienfaisance ne seront pas assujettis à des obligations de déclaration supplémentaires pour leurs fiducies expresses internes d’apprentissage.