Une journée dans la vie d’un joueur d’esports

10 août 2021

Une journée dans la vie d’un joueur d’esports

Résumé
4 minutes de lecture

À quoi ressemble la journée typique d’un joueur d’esports pendant une compétition? Keagan Smith vous emmène dans les coulisses.

En avril, Parabellum Esports, une équipe de Rainbow Six basée au Canada, a été invitée au prestigieux Six Invitational, le championnat mondial organisé par Rainbow Six : Siège à Paris, France. Parabellum a affronté des joueurs du monde entier, faisant taire les critiques des joueurs de la division américaine selon lesquelles le Canada était une « mauvaise région » pour pratiquer l’esport.

« Notre population n’est pas aussi importante que celle des États-Unis – les États-Unis comptent beaucoup plus de gens, donc ils génèrent beaucoup plus de joueurs » explique Keagan Smith, qui joue sous le nom de P3NGU1N sur Parabellum. « Tandis que l’Europe et certaines parties de l’Asie ont déjà reconnu la valeur de l’esport. »

Keagan joue à Rainbow Six Siege depuis 2015, où il a gravi les échelons de la hiérarchie. Il a commencé par devenir un joueur de niveau 3 qui participait à des événements communautaires locaux, puis il est devenu un joueur amateur de niveau 2 où les ligues professionnelles font souvent du repérage, pour finalement devenir un joueur professionnel de niveau 1. Les joueurs de niveau 1 participent à des compétitions internationales, où ils représentent des équipes d’esports et se battent pour gagner d’importantes sommes d’argent.

« Je joue aux jeux vidéo depuis que j’ai deux ans », déclare Keagan. À 13 ans, sa passion pour la compétition est passée du hockey aux jeux vidéo.

Plusieurs années ont été nécessaires pour en arriver là, et aujourd’hui, Keagan est un joueur d’esports professionnel à plein temps. MNP a discuté avec lui à propos de la réalité du métier de joueur professionnel et de la façon de mieux soutenir les joueurs en devenir au Canada.

Chronique d’une journée

 Une carrière dans l’esport peut être lucrative, surtout pour les joueurs qui bénéficient d’un large soutien et qui arrivent à transformer ce soutien en parrainage et en commandite. Tyler « Ninja » Blevins, qui compte le plus d’abonnés sur Twitch, a gagné 17 millions de dollars en 2019, même si ses compétitions lui ont rapporté moins de 100 000 dollars.

En tant que membre d’une organisation d’esports, Keagan reçoit un salaire annuel pour jouer en tant que professionnel et gagne aussi des prix lors des compétitions. Les journées typiques dépendent de la période de l’année, selon si l’équipe est hors saison ou si elle se prépare pour les compétitions. Pendant la période de compétition, une journée typique représente environ 12 heures d’entraînement.

Pendant le Six Invitational, « nous nous réveillons vers midi, nous revoyons les stratégies et les séquences de jeu, puis nous faisons un jeu dirigé. Le jeu dirigé dure généralement trois heures, et ensuite nous passons en revue ce jeu, et nous déterminons ce que nous pouvons améliorer », explique Keagan. « Ensuite, nous effectuons un nouveau jeu dirigé, puis nous révisons ce jeu et nous passons en revue nos adversaires. »

Les 12 heures d’apprentissage constituent un processus intense et chronophage, auquel contribuent plusieurs experts. « Nous avons un analyste, il y a parfois un encadrement stratégique, et il y a aussi des entraîneurs mentaux et des psychologues sportifs pour l’équipe », précise-t-il. « Les entraîneurs mentaux peuvent également nous orienter vers des nutritionnistes afin d’améliorer notre alimentation et s’assurer que nous sommes au meilleur de notre forme. »

Les psychologues sportifs conseillent les membres de l’équipe sur le plan mental. Dans une équipe de seulement cinq personnes, même si une seule personne se sent mal, toute l’équipe peut en souffrir. « Ils veillent à ce que nous restions en bonne santé et à ce que nous soyons au sommet de notre forme, étant donné que la pression liée aux performances est très forte », ajoute-t-il.

Keagan Smith affirme qu’être un joueur professionnel ne constitue pas une profession pour toute la vie, et ce pour plusieurs raisons. Les joueurs risquent de s’épuiser suite aux longues journées d’entraînement et au stress associé à la compétition face aux meilleurs joueurs du monde. Les joueurs d’esports peuvent également être victimes de graves microtraumatismes répétés à cause des heures de compétition. Les tendances en matière de jeux vidéo varient, et le jeu pour lequel un athlète était doué peut perdre de sa popularité. Il existe toutefois d’autres possibilités au-delà de la compétition. Les anciens joueurs d’esports peuvent devenir entraîneurs ou intégrer des organisations s’ils souhaitent continuer à travailler dans ce secteur.

Le soutien des parents est essentiel

 Bien que le Canada ne soit pas encore une destination de premier plan pour les esports, il existe un potentiel et un enthousiasme considérables dans ce domaine, et Keagan Smith estime que les parents jouent un rôle important pour favoriser cette évolution. Les parents peuvent soutenir les loisirs de leurs enfants, en les accompagnant à des tournois ou en les aidant à entrer en contact avec d’autres joueurs.

Malheureusement, il existe encore un stéréotype selon lequel une carrière dans les jeux vidéo n’est ni lucrative ni intéressante. « C’est une contribution énorme, puisqu’il n’y a rien de pire que des parents qui ne soutiennent pas leur enfant parce que celui-ci veut jouer à un jeu vidéo à titre de professionnel », affirme Keagan. « On n’agirait pas de la sorte avec un joueur de hockey ou de football. »

Les esports sont en voie de surpasser les sports traditionnels, et de nombreuses organisations sportives traditionnelles s’y intéressent, notamment au Canada. Les Canadiens de Montréal, Phil Kessel et Carl Hagelin, membres de la Ligue nationale de hockey, sont actionnaires d’OverActive Media, une importante organisation des esports basée à Toronto, tandis que les Raptors de Toronto ont leur propre équipe de sports électroniques.

Des initiatives ont également été prises pour mettre en place des infrastructures importantes au Canada, afin de soutenir le développement des sports électroniques. La ville de Vancouver travaille activement à faire de cette discipline un pilier de l’économie grâce à une stratégie esports en bonne et due forme, la seule au Canada à ce jour. Par ailleurs, OverActive Media prévoit ouvrir à Toronto, en 2025, une salle esports de 7 000 places, ce qui aura pour effet de renforcer les liens au sein de l’écosystème.

« Que cela plaise ou non aux gens, l’esport est en voie de devenir un sport très populaire », déclare Keagan.

Pour en savoir plus sur l’industrie des sports électroniques, communiquez avec un conseiller dans votre région.

Points de vue

  • Souplesse

    13 mai 2022

    Immobilier et construction – Budget fédéral de 2022

    Le budget fédéral de 2022 propose une série de mesures fiscales à l’intention des particuliers et des entreprises, qui auront une incidence sur le secteur de l’immobilier et de la construction. Melissa Aveiro, leader, Fiscalité, Immobilier et construction, examine les enjeux auxquels le budget fédéral de 2022 s’attaque – et ne s’attaque pas.

  • Confiance

    11 mai 2022

    La protection d'actifs en entreprise

    Nul ne peut prédire l’avenir, et le monde des affaires ne fait pas exception à la règle. Dans ce domaine comme ailleurs, personne n’est à l’abri d’une malchance financière, d’un accident fâcheux ou même d’un litige. 

  • Performance

    09 mai 2022

    La grippe aviaire au Canada : recours à l’assurance du programme Agri-stabilité

    Bien qu’il existe de nombreux programmes de soutien pour les producteurs de volaille, Agri-stabilité peut fournir une couverture complémentaire à d’autres, qui vous permet de vous protéger contre les pertes de production, d’une manière qui diffère de celle des produits d’assurance traditionnels. Découvrez comment.