Jeunes professionnels de l’optométrie : de la théorie à la pratique

20 juin 2022

Jeunes professionnels de l’optométrie : de la théorie à la pratique

Résumé
4 minutes de lecture

Vous avez récemment obtenu votre diplôme en optométrie et faites vos premiers pas dans la pratique? Bravo! Vous voilà maintenant un professionnel dédié à la santé des autres. Mais savez-vous comment prendre soin de vous sur le plan financier? Ces conseils vous aideront à vous organiser, à prendre de bonnes habitudes, mais aussi à bien vous entourer.

Article publié dans la revue L’Optométriste.

Vous avez récemment obtenu votre diplôme en optométrie et faites vos premiers pas dans la pratique? Bravo! Vous voilà maintenant un professionnel dédié à la santé des autres. Mais savez-vous comment prendre soin de vous sur le plan financier? Ces conseils vous aideront à vous organiser, à prendre de bonnes habitudes, mais aussi à bien vous entourer.

Qui est Sabrina Nguyen ?

La CPA Sabrina Nguyen est directrice, certification et comptabilité, et spécialisée dans le marché des professionnels de la santé au bureau MNP de Granby. Diplômée en comptabilité de HEC Montréal, elle a effectué pratiquement toute sa carrière professionnelle chez MNP. Ce n’est peut-être pas un hasard si elle a choisi le marché des professionnels de la santé, car au cégep elle a étudié en sciences de la santé avant d’opter pour la comptabilité. Elle partage sa pratique entre les transactions (achats et ventes) de cliniques ainsi que les états financiers et déclarations d’impôt personnels et de sociétés. Les clients de Sabrina sont des professionnels de la santé établis partout au Québec.

Après de longues années passées sur les bancs de l’université, votre arrivée sur le marché du travail entraînera pour vous deux grands changements sur le plan financier. Tout d’abord une augmentation significative de vos revenus en tant que travailleur autonome, mais aussi la possibilité de vous constituer en société. Qu’est-ce que cela signifie d’un point de vue pratique? Comment bien vous organiser et prendre les bonnes décisions? En suivant ces conseils, vous vous assurez de ne manquer aucune étape.

Première étape : bien s’organiser

La plupart des optométristes récemment diplômés entament leur carrière en tant que travailleurs autonomes, et plusieurs conserveront ce statut durant toute leur vie professionnelle. Sur le plan fiscal, cela signifie que les dépenses reliées à votre travail seront déductibles d’impôt dans votre année fiscale (qui est le 31 décembre pour tous les travailleurs autonomes non incorporés). Si vous déménagez dans une autre ville pour exercer votre profession, sachez que les frais de déménagement pourraient être déductibles. Mais ce n’est pas tout, plusieurs autres dépenses reliées à votre profession sont aussi concernées. En voici quelques-unes présentées dans cette liste non exhaustive :

  • Frais de déplacement si vous devez vous rendre d’une clinique à une autre;
  • Achat d’ouvrages et de manuels techniques, d’équipements médicaux;
  • Abonnement à des revues spécialisées et à des applications médicales;
  • Frais de formation et de congrès;
  • Frais de cotisations annuelles professionnelles;
  • Frais de loyer en clinique;
  • Frais professionnels : comptable, avocat, facturation, etc.

Vous devrez conserver les factures et reçus reliés à ces frais, afin de pouvoir les fournir à votre comptable le moment venu. Pour vous faciliter la tâche – et la sienne! – classez immédiatement les dépenses dès qu’elles sont encourues. Cela ne vous prendra que quelques minutes et vous fera gagner un temps précieux au moment de la préparation des documents en vue de votre déclaration de revenus annuelle en mars et avril prochain afin d’éviter de payer des intérêts si vous avez un solde d’impôts.

Voici quelques astuces supplémentaires pour une organisation sans faille :

  • Créez des dossiers électroniques, un par année fiscale, dans lesquels vous classerez vos documents;
  • Conservez ces dossiers dans le nuage (infonuagique), afin qu’ils soient accessibles partout et en tout temps, avec un ordinateur ou un téléphone intelligent;
  • Classez les documents par catégorie de revenus ou de dépenses;
  • Conservez toutes vos facturations mensuelles, incluant les frais de loyer de clinique;
  • Relevez le kilométrage de l’odomètre de votre véhicule une fois par an, et effectuez la conciliation avec votre horaire de travail et de déplacements professionnels dans un fichier Excel;
  • Identifiez les factures papier de restaurant et reçus cadeaux en indiquant au stylo la raison de la dépense. Prenez une photo et classez-les dans le fichier électronique correspondant sur votre téléphone ou ordinateur;
  • Photographiez les factures d’essence et classez-les dans le fichier électronique correspondant. Conciliez cette dépense dans un fichier Excel;
  • Conservez tous les courriers reçus de la part du gouvernement, notamment les avis de cotisation. Le jargon fiscal est parfois difficile à comprendre. Si vous avez des interrogations, votre comptable pourra vous aider à y répondre.

Deuxième étape : bien s’entourer

En tant que professionnel et travailleur autonome, plusieurs responsabilités vous incombent sur le plan fiscal et financier, et vous aurez tout intérêt à être bien conseillé.

Au niveau fiscal, votre déclaration d’impôt est désormais plus complexe que lorsque vous étiez étudiant! Pour être certain de ne négliger aucun crédit ou déduction, il est préférable de vous adjoindre les services d’un comptable, de préférence expérimenté dans le domaine médical, afin d’optimiser vos déclarations de revenus.

Il pourra vous aider à plus d’un titre. Outre les impôts, il peut également vous fournir des conseils d’affaires et vous faire économiser temps et argent. Si vous êtes incorporé, son apport sera encore plus indispensable. Il sera un bon coach et vous aidera à naviguer dans cette complexité gouvernementale. Il pourra aussi bien vous accompagner dans l’achat d’une clinique ou dans le cadre d’une association avec d’autres optométristes, d’autre opticien ou avec une bannière; son apport sera précieux pour toutes ces importantes décisions.

Autre professionnel incontournable : le planificateur financier. Ce dernier saura vous orienter et vous conseiller tout au long de votre carrière. Que ce soit en termes de placements, d’investissements ou d’assurances, il pourra vous guider adéquatement.

Lorsque vous serez prêt à entreprendre de nouveaux projets de vie, comme l’achat d’une voiture, d’une première propriété ou d’une clinique, il sera également en mesure de vous conseiller pour mobiliser les fonds nécessaires.

Gestion de budget et de dettes, planification de début de pratique, projets personnels à financer, REER et CELI, assurance-vie, invalidité et contre les maladies graves, le planificateur aura une contribution importante à chaque étape de votre vie personnelle et professionnelle.

Troisième étape : bien planifier

Au fur et à mesure de la progression de votre carrière, différentes occasions d’affaires se présenteront à vous. Une fois que vous aurez acquis de l’expérience et que vos revenus auront atteint un certain niveau, vous pourriez être tenté de vous incorporer, ou encore d’acheter votre propre clinique. Voici quelques facteurs à considérer pour vous aider dans votre prise de décision.

Avant de se constituer en société, il est préférable de se poser certaines questions.

  • Avez-vous une bonne stabilité financière et vos revenus vont-ils en grandissant?
  • Vos besoins personnels en liquidités sont-ils stables?
  • Avez-vous peu de dettes personnelles à rembourser (cartes de crédit, prêt étudiant)?
  • Avez-vous une idée assez juste de votre coût de vie annuel (budget)?
  • Avez-vous touché une somme importante (héritage)?

En fonction de vos réponses et de votre situation, l’incorporation pourrait être appropriée. Il est toutefois préférable de consulter un professionnel pour vous assurer de remplir les conditions. Nos experts de MNP peuvent vous offrir une consultation à ce sujet.

Car les avantages de s’incorporer sont nombreux. Ainsi, votre taux d’imposition marginal sera réduit drastiquement, passant de 50% à 20,5% pour 150 000$ de revenus. Cela représente un report d’impôt important, allant jusqu’à environ 30%. Vous bénéficierez aussi d’une augmentation de liquidités substantielles une fois payées les assurances-vie, maladies graves et autres placements dans la société.

Enfin, si vous envisagez d’avoir un enfant, sachez qu’en vertu du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP), si vous êtes travailleur autonome non incorporé, cette prestation sera interrompue dès que vous retournerez au travail, et ce même si vous n’avez pas pris la totalité du congé parental. En revanche, si vous êtes incorporé, il serait possible de continuer à recevoir la prestation jusqu’à la fin de la période à laquelle vous y avez droit, tout en touchant des revenus d’examen dans votre société.

Il y a néanmoins quelques désavantages à se constituer en société. Par exemple, vous devrez vous habituer à votre nouveau statut fiscal, ce qui vous demandera une certaine adaptation. Il y a aussi des frais légaux non récurrents à payer lors de la création de la société. Enfin, certains coûts supplémentaires reviendront année après année, comme la préparation des états financiers, la déclaration d’impôt de la société, etc.

Que vous soyez un jeune professionnel ou un optométriste avec plusieurs années d’expérience, vous pourriez aussi envisager d’acquérir votre propre clinique, qu’il s’agisse de celle où vous travaillez déjà ou d’une autre place d’affaires. Plusieurs options s’offrent à vous : vous associer au sein d’une clinique en achetant des parts de celle-ci, ou encore devenir propriétaire d’une clinique en acquérant 100% des parts. Peu importe votre choix, si vous avez la fibre entrepreneuriale, l’une ou l’autre de ces options pourrait constituer une excellente décision.

En tout état de cause, il est préférable de vous adjoindre les services d’experts qui pourront vous guider, comme un conseiller financier (comptable, planificateur financier, fiscaliste), un conseiller d’une institution financière pour ce qui touche au financement, et enfin un avocat qui verra à tous les aspects légaux de la transaction.

Vous avez été sollicité par un autre optométriste pour acheter une clinique? Même si vous n’êtes pas encore certain de vouloir faire le saut, profitez de l’opportunité pour vous familiariser avec le concept de l’optométriste propriétaire. Cela vous permettra d’en apprendre davantage sur le fonctionnement d’une clinique, d’avoir accès à des informations financières et de gestion qui aiguiseront vos connaissances.

ENVISAGEZ les offres qui vous seront proposées. 

Le conseil d’affaires MNP :

Quelle que soit votre décision, l’essentiel est d’investir en vous-même, et d’être bien accompagné par des professionnels sur lesquels vous pouvez compter pour vous appuyer dans votre croissance professionnelle.

Des associations peuvent également donner un coup de pouce aux optométristes qui se lancent en affaires et il existe aussi des groupes d’entraide sur les réseaux sociaux, ainsi que des programmes de formation proposés par diverses bannières. Vous aurez ainsi tous les atouts pour bâtir une pratique fructueuse!

Contactez-nous

Sabrina Nguyen, CPA, directrice, certification et comptabilité, et spécialisée dans le marché des professionnels de la santé au bureau de Granby
[email protected]
450.372.3347

Points de vue

  • 02 septembre 2022

    Des solutions de rétention au-delà des conditions

    Voici un article portant sur l’attraction et la rétention de main-d’œuvre publié dans Informe Affaires, écrit par Carole Messaoudi, associée et Martin Jean, directeur principal.

  • Confiance

    31 août 2022

    Foire aux questions : La nouvelle taxe canadienne sur les produits de luxe et son incidence sur les concessionnaires

    Les concessionnaires canadiens se posent beaucoup de questions sur les effets de la Loi sur la taxe sur certains biens de luxe sur leurs activités. Dans ce document, MNP répond à la plupart d’entre elles pour vous aider à vous adapter et à vous conformer à cette loi.

  • Confiance

    29 août 2022

    Le développement durable au Canada : Évolution des risques et des possibilités

    Le Canada se dirige vers la carboneutralité. Êtes-vous prêt? Prenez connaissance des plus importantes conclusions de la récente table ronde de l’IAI sur le développement durable.